Close

Suivre le Christ – Homélie 5 TO C 2019

Suivre le Christ – Homélie 5 TO C 2019

Vous êtes chrétiens ? Oui, vous êtes chrétiens puisque vous venez à la messe. Est-ce que c’est ça un chrétien ? Ça seulement ? Non, il faut aussi donner au denier, se confesser une fois l’an, et ce sont des conditions cumulatives.

Alors c’est quoi être chrétien ? 

Aller à la messe le dimanche ? Oui et encore…

Faire sa prière le soir ? Oui et…

Donner et pardonner ? Oui…

Accueillir le pauvre et respecter la vie ? Oui…

Et tant d’autres choses …

Être chrétien, c’est suivre le Christ, point. 

« Et laissant tout ils le suivirent » et c’est là que commence la vie chrétienne, la grande aventure de la sainteté, quand je choisis de suivre le Christ. Car il s’agit toujours de suivre quelqu’un et que  …

… je ne veux pas suivre mon intuition qui me trompe si souvent,

… je ne veux pas suivre les foules manifestant,

… je ne veux pas suivre mes passions ou mes pulsions qui souvent me tyrannisent,

… je ne veux pas suivre un chef charismatique, un leader Maximo, un Duce, un gourou, un grand timonier qui me fascine et m’égare,

… je ne veux pas suivre le courant et me laisser échouer là où tout le monde va,

… je ne veux pas suivre la mode pour être périmé dans 6 mois,

… je ne veux pas suivre l’air du temps, sauf à désirer un destin de feuille morte.

 

Je veux te suivre Seigneur, 

Je veux te suivre comme les apôtres, 

Je veux te suivre comme Pierre, 

Je veux te suivre comme disciple,

Parce que c’est ça être chrétien, choisir de suivre le Christ « et laissant tout ils le suivirent ».

 

Mais comment est-ce qu’on s’y prend pour suivre le Christ ?

On s’y prend comme d’habitude, en écoutant l’Evangile, en se laissant enseigner par le Christ dans l’évangile, dans cet évangile, l’évangile de ce jour. Et vous avez remarqué que le « laissant tout ils le suivirent », c’est le dernier verset de notre évangile, c’est donc qu’il y a une préparation pour suivre le Christ. Il a fallu quelques étapes à Pierre pour tout laisser et le suivre ; il nous faudra les mêmes étapes à nous pour suivre le Christ : 8 étapes pour suivre le Christ. 

  • Jésus nous rejoint là où nous sommes, dans notre quotidien. Il s‘approche de Pierre qui est en train de laver ses filets après une journée de pêche. N’allez pas chercher Jésus très loin, c’est lui qui vient à nous, là où nous sommes, là, dans votre paroisse, dans votre boulot, dans votre famille, dans votre quotidien. C’est là votre premier lieu de rencontre du Christ.   
  • Puis « il lui demanda de s’écarter un peu du rivage » : quoi de plus simple pour Pierre, un pêcheur, de s’écarter du rivage ? Jésus nous demande toujours une 1ère petite chose, une chose qu’on sait faire. Pourquoi ? Parce qu’il nous connait, et puis qu’il ne veut pas nous effrayer. Imaginez s’il avait immédiatement dit à Pierre : « Pierre, je te demande ta vie », Pierre, il aurait pris ses cliques et sa barque et il se serait enfui à toutes rames. Non, Jésus nous appelle toujours par notre talent, pour nous mener plus haut, il commence toujours par le très bas, le ras de mer. Ce qui nous est familier. 
  • puis Il nous enseigne « il s’assit et, de la barque, il enseignait les foules » : après nous avoir demandé ce premier petit pas, il prend soin de nous enseigner, de nous former, et c’est ce temps de la proximité avec Jésus. Vous remarquez que Pierre est dans la barque avec le Christ :  il soigne cette proximité. Pour nous, ce temps de la proximité, c’est le temps de la catéchèse, c’est le temps de la prière aussi, car il n’y a pas de possibilité de suivre Jésus sans cette formation et cette proximité entretenue.
  • Ensuite, Jésus nous demande une 2ème chose, une chose plus grande mais toujours dans nos compétences, il dit à Simon : « Avance au large, et jetez vos filets pour la pêche. » Parce que Jésus sait de quoi nous sommes capables, et qu’il envisage pour nous une croissance. Il veut plus pour toi ; toi, tu te serais bien contenté de rester près du rivage, là où tu as pieds. Mais Jésus nous appelle à plus, il nous appelle à l’audace et au risque, « avance au large » ; et souvent, nous hésitons, et souvent, nous écoutons plus notre peur ou notre confort et nous restons sur le rivage, alors nous ne suivrons pas le Christ. De l’audace !! 
  • et alors, Il sollicite notre foi « sur ta parole, je vais jeter les filets. » Pierre, en bon pêcheur, sait qu’il n’y a pas un poisson à prendre dans ce coin du lac, mais Jésus lui demande de ne plus seulement compter sur ses compétences (c’est pourtant ce qu’il avait fait dans sa première demande) mais de compter sur Lui, Jésus, de Lui obéir, de poser un acte de foi. Et Jésus, pour nous mener plus loin, nous demande toujours cet acte de confiance, cet acte de foi. Oser et obéir. 
  • et la foi est féconde, et la foi porte des fruits : « Et l’ayant fait, ils capturèrent une telle quantité de poissons que leurs filets allaient se déchirer ». Jésus nous fait un signe fort,  comme un encouragement, comme pour nous manifester que nous sommes sur le bon chemin, le chemin de la foi. Peut-être que, sans ce signe, Pierre se serait découragé. Vous me direz que là, le signe est énorme, que nous nous n’avons pas été témoin de tels miracles dans notre vie ou dans la vie de nos proches. Peut-être que nous sommes aveugles, peut-être que Dieu nous fait des signes mais que nous ne les voyons pas ou bien peut-être que nous n’osons pas témoigner des miracles de Dieu dans nos vies et que, de ce fait, nous interdisons à nos frères de croire. Mais moi, je suis témoin des miracles que Dieu fait dans la vie de tant d’entre vous et je vous demande d’en témoigner ; et si un jour je vous appelle pour donner ce témoignage, au nom de Jésus, dites oui. Pourquoi ? Parce que nous avons besoin les uns des autres pour avancer, nous avons besoin les uns des autres pour que le miracle soit manifesté « Ils firent signe à leurs compagnons de l’autre barque de venir les aider. » Bien sûr les miracles ne jalonnent pas notre vie. Souvent, comme à Pierre, ces signes nous sont donnés au début de notre vie spirituelle, comme pour nous encourager, puis une fois que nous sommes suffisamment affermis, Jésus nous demande de le suivre dans la foi nue, non plus parce que nous avons vu des signes, mais pour Lui, le suivre Lui et Lui seul. Seigneur, non plus te suivre pour ce que tu m’apportes (fut-ce de quoi remplir deux barques de poissons) mais te suivre pour ce que tu es. Pas pour moi, mais pour Toi. 
  • Et « Simon-Pierre tomba aux genoux de Jésus » : c’est la septième étape. Jésus nous demande un acte d’humilité, il nous a déjà demandé un acte de foi, mais il veut toujours plus de nous. Parce que compter sur nos forces et nos talents pourrait nous rendre auto-suffisant, parce que le miracle pourrait nous rendre orgueilleux. Jésus nous demande un acte d’humilité. Pierre n’a pas eu besoin de grand chose pour se jeter aux pieds de Jésus. Pour nous, l’humilité viendra souvent par l’épreuve, ou la reconnaissance de notre péché, de notre limite. 
  • Puis Jésus prend la parole pour la troisième fois et s’adressant à Pierre  « Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras. » 3ème mission plus grande encore, ultime mission, mais toujours selon ses talents « de pêcheurs à pêcheur d’homme ». Mais Pierre a pris confiance en lui et plus encore, Pierre a mis sa confiance en Jésus. Alors cette troisième mission ne l’effraie pas et il sait d’ailleurs qu’il n’a besoin de rien d’autre pour cette mission que son talent et la grâce. Et comme Paul, il peut dire « ce n’est pas moi, c’est la grâce de Dieu avec moi ». C’est pour cela qu’il peut tout laisser. A quoi lui serviraient sa barque et ses filets pour cette nouvelle mission. S’il se lance maintenant, c’est sans filets, sans filets mais avec la grâce, « sa grâce qui n’est pas stérile ».

« Et laissant tout ils le suivirent » 

Moi aussi je veux te suivre Seigneur, avec ta grâce. 

 

Abbé Simon d’Artigue