Close

Tout pour Sa gloire! Homélie du 6 dimanche du temps ordinaire 2018

Tout pour Sa gloire! Homélie du 6 dimanche du temps ordinaire 2018

Oh la bonne nouvelle ! Vous avez entendu? pour une fois que l’Eglise n’est pas en train de nous martyriser, pour une fois que l’Eglise n’est pas en train de nous interdire quelque chose, fais pas ci, dis pas ça, ne mangez pas trop gras en carême, ne couchez pas avant le mariage, répondez bien à votre mère, pour une fois que l’Eglise ne vous fait pas la morale et vous encourage à boire et à manger il faut en profiter, ça c’est une bonne lettre de saint Paul, une lettre que vous pourriez graver au burin, en lettre d’or au dessus de votre lit et la redire chaque matin en vous levant : « tout ce que vous faites : manger, boire, ou n’importe quoi d’autre, faites-le pour la gloire de Dieu. » et d’ailleurs vous avez vu il ne s’agit pas seulement de manger et boire, il s’agit de ça, plus tout le reste, tout et « n’importe quoi d’autre » dit même saint Paul, si ça ce n’est pas encourageant à l’abord du carême? Si ça ce n’est pas une lecture taillée sur mesure pour catholique assoiffé ? Sauf la fin, la fin c’est plus louche, plus ambiguë : « tout faire pour la gloire de Dieu ! » C’est quoi au juste? ça veut dire quoi « tout faire pour la gloire de Dieu » ? Parce que je vois bien quand on chante le gloria à la messe, là, d’accord c’est ce qu’on dit « gloire à Dieu au plus haut des cieux », là c’est clair c’est la gloire de Dieu : le dimanche, à la messe, mais c’est tout. D’ailleurs la gloire de Dieu, la gloire à Dieu c’est du pareil au même, non ? Ainsi La gloire de Dieu se cantonnerait dans les églises, toutes portes fermées, le dimanche ? Et le reste du temps alors? on oublie la gloire de Dieu ? Ben oui le reste du temps on boit, on mange on fait n’importe quoi, comme dit saint Paul.

En fait ce n’est pas exactement ce à quoi saint Paul nous invite : ce à quoi il nous invite c’est à une conversion radicale de notre manière de vivre, ce à quoi il nous invite c’est à une évangélisation profonde de toute notre vie, ce à quoi il nous invite c’est à laisser le Christ évangéliser toute notre vie.

Toute notre vie! il n’y a pas un seul secteur de notre vie que le Seigneur ne veuille évangéliser. Peux être que vous vous  dites qu’être catholique c’est le dimanche à la messe, une heure par semaine point ! Le reste du temps c’est ma vie, ma vie privée, ma vie professionnelle, ma vie amoureuse en tout cas que ça n’a rien à voir avec le Christ, qu’il me laisse tranquille ! Et c’est vrai, si vous lui interdisez l’accès, si vous le cantonnez à la messe dominicale le Christ vous laissera tranquille, c’est vrai il ne viendra pas s’imposer, il ne viendra pas éclairer votre vie, il ne viendra pas l’unifier, il vous laissera, éclaté en cent vies, différents selon que vous êtes au travail : un véritable tyran, faisant fi de la justice et de la charité « business is business mon bon monsieur » ; selon que vous êtes en famille, avec vos amis… oui vous savez bien, un masque pour chaque situation et on change de masque selon les endroits où nous sommes, selon les personnes que l’on fréquente. « Non! si mes collègues de bureau savaient que je suis tous les dimanches à la messe ils se moqueraient tellement de moi, du coup quand je suis avec eux, je fais profil bas, je planque ma croix, et quand il se moquent de Dieu ou de l’Eglise je fais comme si je n’avais pas entendu ». Mais du coup, vous ne vous y perdez pas entre tous ces masques ? Vous savez quel est le bon ? Le vrai, celui que vous êtes au fond ? En vérité ? vous ne risquez pas de devenir un peu schizophrène à changer toutes les 5mn de personnalité ?

« Tout faire pour la gloire de Dieu » c’est le laisser unifier notre vie, unifier votre vie, vous permettre de découvrir qui vous êtes aux yeux de Dieu, qui vous êtes vraiment, de ne plus jongler entre 10 masques mais d’en choisir un, celui qui vous correspond vraiment, d’unifier votre vie, toute votre vie : que vous mangiez, que vous buviez, que vous travailliez, que vous plaquiez, que vous preniez une bière en terrasse tout faire pour la gloire de Dieu : ça donne une certaine direction à notre vie, ça donne un sens, une évidente cohérence à notre vie. Je suis le même en famille, à l’église, avec mes amis catholiques et avec mes amis qui ne le sont pas : un et le même ! Ça apporte la paix de savoir qui nous sommes!

Laissez le vous évangéliser, tout évangéliser, tout jusqu’au dernier recoin, pas seulement votre vie spirituelle, c’est trop peu de cantonner jésus christ à notre prière, il veut plus, il veut tout de nous, tout pour sa gloire et ça aussi c’est une bonne nouvelle, ça veut dire que le Christ peut être présent dans tout les aspects de notre vie, jusque dans les aspects qui nous semble les plus infimes, les plus quotidien, les plus banals voire méprisables, les plus abimés, les plus brisés ceux dont on se dit que Dieu n’a rien à y faire : trop commun pour un Dieu ! Mais depuis que Dieu s’est incarné rien ne lui est indifférent, tout ce que nous avons vécu il l’a vécu (à l’exception du péché, oui c’est vrai notre péché il ne peut ni ne veut l’habiter), ça veut dire que tout ce que nous vivons peut être vécu de manière chrétienne, imprégnée de sa grâce, de sa manière de faire. ça veut dire que dans le moindre de nos actes nous pouvons rencontrer le Seigneur, comme disait une illustre  mère de l’Eglise du XXI° siècle « fais la vaisselle pour la gloire de Dieu car Dieu est au fond de ta casserole » mais plus encore le moindre de nos actes peut être une occasion de témoigner dans le monde, parce que si nous faisons tout pour la gloire de Dieu ; ça veut dire qu’il y a une manière chrétienne de boire et de manger, il y a une manière chrétienne de se reposer et de faire la fête, une manière chrétienne de travailler et de faire l’amour, une manière chrétienne de se reprendre et de   et il s’agit pas de le faire à moitié, comme si c’était quelque chose d’un peu sale, d’un peu compromettant, non, il s’agit de le faire à fond, mais il s’agit de le faire différemment.

« Tout faire pour la gloire de Dieu » ça veut dire porter le Christ avec nous 24/24, permettre à tout ceux que nous croisons de s’approcher du Christ comme ce lépreux. Heureusement que Jésus laisse le lépreux s’approcher de lui, pour le purifier, s’il ne le laissait pas il ne le sauverait pas.

Mais du coup nous catholiques, si nous vivons entre nous, entre catholique, si nous ne prenons pas le risque de rencontrer nos frères de vivre là ou ils vivent, comment rencontreront ils le christ ? Comment seront-ils sauvés ?

Il faut être là où les hommes vivent, ils faut aimer ce qu’ils aiment, il faut être sur les même terrains de rugby qu’eux, il faut faire les même fêtes qu’eux, écouter la même musique, comment voulez vous comprendre vos frère si toute la journée vous n’écoutez que du Giannada en chantant « un grand champ à moissonner », Si les seuls films que vous voyez c’est « je m’appelle Bernadette « , « Lourdes », « Karol « et audace suprême « Don Camillo »

Si jamais tous vos potes sont catholiques et que vous les voyez ici dans cette église voire même sur le banc à coté de vous (il ne s’agirait quand même pas de se mêler à des catholiques un peu trop différents, ceux du bancs d’à coté ?) alors c’est mauvais signe.

En effet qui parlera de jésus christ à votre voisin de pallier qui n’a pas mis les pieds à l’église depuis le jour de son baptême sinon celui qui est déjà son ami ? Qui annoncera le salut dans votre école sinon celle qui a souri et sympathisé avec les parents sur le trottoir ? qui poursuivra la discussion sur la foi pendant la troisième mi temps (une bière à la main) avec  celui que vous avez sérieusement plaqué, a qui vous avez fait embrasser la terre de  France  pendant les deux premières mi temps et qui a encore les marques de vos crampons dans le dos ? Qui répondra à ces questions sur le sens de la vie, ces questions qui viennent immanquablement en fin de soirée, après quelques verres ? Qui ? Si à 1h du matin tout les catholiques sont couchés ou en train d’adorer Jésus dans le saint sacrement ?

Alors adorez le, oui ; priez le ardemment, oui ; laissez le vous embraser, vous guérir, vous combler et ensuite foncez dans le tas

N’ayez peur de rien, d’aucune situation : « faites tout pour la gloire de Dieu »

Ne faites rien par banalité, rien par habitude ou par conformisme, ne méprisez aucune de vos taches : « faites tout pour la gloire de Dieu »

Gravez au fond de votre âme, au fond de votre cœur cette devise, faites en votre motivation : « tout faire pour la gloire de Dieu »

Vous verrez votre vie sera belle et sérieuse, joyeuse et pleine de sens, chacun de vos actes, chacune de vos paroles porteront en eux la beauté rayonnante de Jésus Christ

Il y a en trop autour de vous qui se demande quel sens à la vie, vous vous le savez, alors dites le :

Rien de plus beau que de vivre chaque instant « pour la gloire de Dieu. »

 

Abbé Simon d’Artigue