Close

Les 5 éléments de la vie chrétienne – homélie Baptême des enfants en âge de scolarité.

Les 5 éléments de la vie chrétienne – homélie Baptême des enfants en âge de scolarité.

Il est beau ce bouquet, non? Vous voyez cette fleur elle a besoin de quoi pour vivre? d’eau, de soleil, d’engrais, d’air frais (pas trop pollué)  et de bonne terre, sinon elle risque de mourrir. vous voyez par exemple ce superbe bouquet de fleurs, elles ont de l’eau, de l’air, de l’engrais mais elle manque de terre et de lumière, elles vont tenir quoi, trois , quatre jours maximum…

Par le baptême vous devenez de belles fleurs, un superbe  champs de fleur et comme ces fleurs vous avez besoin de cinq éléments pour grandir, c’est vrai pour vous, mais c’est vrai pour chacun de nous

Ces 5 éléments, ces 5 aliments il sont tous dans la première lectures de ce jour, celle qui décrit la première Eglise, celle qui décrit les premiers chrétiens ceux qui viennent d’être baptisés comme vous dans un instant.

Premier aliment: « Les frères étaient assidus à l’enseignement des Apôtres »

Nous avons besoin de catéchisme, de comprendre celui en qui nous croyons, de le connaitre pour l’aimer; comme vos parents, plus ils se connaissent plus ils s’aiment.

Nous avons besoin de connaitre jésus et vous ça fait un ou deux ans que vous apprenez à le connaitre, grace à vos catéchistes. et nous, est ce que nous continuons a prendre du temps pour connaitre jésus christ, pour comprendre notre foi? parce que nous ne voulons pas stagner, nous voulons grandir dans la connaissance et l’amour du christ

« Les frères étaient assidus à la communion fraternelle » ce soir vous êtes 14, demain matin il y en a autant qui seront baptisés, mais vous savez aussi qu’il y en a sur tout les continents qui sont baptisés chaque jour.

Devenir chrétien c’est devenir fils de Dieu, ça veut dire frère de tous les chrétiens du monde, entrer dans cette immense famille et nous avons trop besoin les uns des autres pour vivre notre foi, en fait un chrétien seul c’est un chrétien en danger. Tu le sais, tu as besoin de ton groupe de catéchisme, nous avons besoin de nous retrouver régulièrement, par exemple le dimanche matin à la messe, sinon nous risquons de nous isoler. l’Eglise c’est comme une cordée en montagne tout seul on prend trop de risque avec d’autre on s’encourage, on s’entraide, on se montre le chemin, on arrive au sommet. Nous avons besoin de frères et tout a l’heure quand nous nous donnerons la paix, ce n’est pas a un inconnu que nous donnerons la paix mais à notre frère. c’est comme ça que se battit une communauté toujours plus accueillante.

« Ils étaient assidus à la fraction du pain et aux prières. » Ca c’est le coeur, c’est pour ça que je le mets au coeur, troisième aliment, en plein milieu. Nous avons besoin d’une nourriture pour notre corps bien entendu, mais nous avons aussi besoin d’une nourriture pour notre coeur, sinon notre coeur va se rabougrir, il va devenir tout chétif, tout malingre, ce coeur qui sert à trois choses: croire, espérer, aimer. Eh bien sa nourriture c’est la prière, toutes les formes de prières: ce signe de croix que tu fais le matin quand tu te lèves, invoquer le nom de Jésus, c’est si simple et si puissant: le Nom de Jésus, dire un Notre Père ou un je vous salue Marie, lire la Parole de Dieu, parler à Dieu comme on parle à un ami: tiens un conseil quand tu pries, quand vous priez en famille (vous pouvez prier en famille c’est tellement beau une famille qui prie ensemble) vous vous dites, je ne sais pas faire, allez je vous donne un truc, vous avez tous une main? avec 5 doigts? alors c’est bon, vous savez prier: Bonjour et se mettre en présence de Jésus,

Merci et lui rendre grace,

Pardon pour les fois ou je ne l’ai pas écouté,

s’il te plait parce que je sais qu’il veut me donner les bonnes choses que je lui demande

et je t’aime, car c’est la plus belle chose qu’on puisse dire et voila vous avez prier, vous pouvez un peu développer aussi. Mais la plus belle des prière, le plus nourrissant de tous les aliments c’est la messe, c’est la prochaine étape pour vous, quand jésus lui même se donnera à vous. C’est pour ça qu’on vient à la messe, pas parce que c’est une obligation mais parce qu’on l’aime et qu’on a faim, parce que « sans lui nous ne pouvons rien faire »

« Tous les croyants vivaient ensemble,et ils avaient tout en commun ;ils vendaient leurs biens et leurs possessions,et ils en partageaient le produit entre tousen fonction des besoins de chacun. » c’est le quatrième aliment, le quatrième élément: le service, faire attention à ton frère, à celui qui est à coté de toi avant de penser à toi. Un chrétien se reconnait à cela, parce qu’il sert, comme Jésus le jeudi saint qui s’est mis à genoux aux pieds de ses disciples pour leur laver les pieds, un chrétien cherche toujours ce qu’il peut faire pour servir, pas pour se servir, pour servir et depuis deux milles ans les chrétiens ont transformés le monde par leur service et il y a des milliers de manières de servir: le service de l’éducation, celui du  service des malades, le services de la politique, de la cité, le service de la beauté, celui de la vérité et le plus haut des services c’est quand tu sers ce qui est le plus bas, le plus délaissé et depuis toujours l’Eglise à une préférence pour les pauvres: avec ces exemple magnifiques: saint Vincent de Paul, saint Camille de Lellis, mère Teresa, l’abbé Pierre et tant d’autre qui le font discrètement sans être vu de personne d’autre que de Dieu.

Servir comme le chemin le plus sur de se rapprocher de Dieu, le moyen le plus sur de ressembler à jésus: pas dans la manière de s’habiller ou de se laisser pousser la barbe, non dans la manière de vivre, de servir: un style de vie, simple, humble et joyeux, c’est ce que le service produit.

« Chaque jour, le Seigneur leur adjoignait ceux qui allaient être sauvés. » c’est le cinquième élément, le 5eme aliment c’est la mission, c’est de dire en qui tu crois, pourquoi est ce que vous êtes devenus chrétiens?  c’est parce que quelqu’un qui croyait vous a parlé de Jésus, quelqu’un vous a donné envie de croire, de connaitre Jésus, d’aimer Jésus, de suivre Jésus. Et c’est une chance incroyable que vous avez eu que quelqu’un vous parle de Jésus, eh bien cette chance il faut la donner à un autre à votre tour, faire connaitre Jésus, montrer Jésus. Pas l’imposer, d’ailleurs personne ne vous l’a imposé, ni vos parents qui ont attendu que vous le choisissiez, ni vos amis, ni vos catéchistes, ni moi, un jour vous avez rencontré Jésus et ça va changer votre vie et grace à vous, grace à votre témoignage, le témoignage de votre vie, de votre manière de vivre vous aller donner à d’autres à l’école, dans le quartier l’envie de connaitre Jésus, de se rapprocher de Lui, de demander le baptême comme vous. Par le baptême vous êtes devenu la lumière du monde et vous allez répandre cette lumière, la lumière du christ, exactement comme cette flamme que je vous transmettrai tout à l’heure pour éclairer, pour embraser le monde.

La formation, la fraternité, la prière, le service, la mission, c’est ce qui caractérise la première communauté chrétienne, c’est ce qui caractérise un chrétien en bonne santé, si vous vous sentez un peu chétif, un peu malingre, rapprochez vous de Jésus, rapprochez vous de cette communauté dans laquelle vos enfants entrent aujourd’hui, l’église, cette paroisse qui est votre famille, où vous êtes les bienvenus toujours, où vous trouverez ces 5 aliments, la force pour nos vies, la vie pour nos coeurs: pour que grandisse la foi, l’espérance et la charité, pour que nous apprenions à aimer, croire et espérer; c’est ce que notre monde attend des chrétiens, c’est le trésor le plus précieux que nous puissions lui donner, c’est au fond la seule chose que nous ayons à donner mais c’est aussi ce qui manque le plus à notre monde.

Dieu vous le donne aujourd’hui pour que vous le répandiez à votre tour.

Peut être y en a t il parmi nous qui ne sont pas baptisés aujourd’hui, il n’y a pas d’âge pour l’être, si vous voulez que la joie de ses enfants devienne votre joie, si vous voulez que la joie de Dieu soit votre joie, n’hésitez pas faites un pas, ce pas que …. vont faire maintenant.

 

Abbé Simon d’Artigue

Partager