Close

« eux ils sont dans le monde » – Homélie du 7ème dimanche du temps pascal 2020

« eux ils sont dans le monde » – Homélie du 7ème dimanche du temps pascal 2020

Parfois nous pouvons nous lamenter  que le monde se déchristianise, que c’était quand même mieux avant, avant , quand les églises étaient peines et que tout le monde allait à la messe; et nostalgiques, un peu découragés voire franchement desepérés nous regardons notre monde de haut en le jugeant, parfois en ayant peur de lui, en nous tenant souvent comme en une citadelle assiégée, assiégés par le monde qui ne nous aimerait pas, qui voudrait notre perte, nous empêchant de reprendre la messe et le regard sombre nous voyons des ennemis partout autour de nous, dans un monde sans Dieu. 

 

Mais mes frères ce n’est pas le monde qui se déchristianise, c’est nous! 

Ce n’est pas au monde que l’Evangile a été annoncé, c’est à nous!

Ce n’est pas le monde qui a été baptisé c’est nous! 

Ce n’est pas le monde qui a reçu l’Esprit Saint c’est nous!

Si le monde n’est plus chrétien, nous n’avons pas à en accuser, le gouvernement, les francs maçons, les illuminatis, le matérialisme et la société de consommation ation, si le monde n’est plus chretien, en fait c’est par notre faute , notre seule faute et j’y vois deux raisons: 

– soit que nous ne soyons plus chrétiens.

– soit que nous ne soyons plus dans le monde. 

et les deux sont inquiétantes car vous avez entendu Jésus dans l’évangile:  « Désormais, je ne suis plus dans le monde ; eux, ils sont dans le monde » le eux, c’est nous mes frères! C’est nous qui sommes dans le monde et personne d’autre, c’est à nous que revient la mission d’annoncer le Christ à ce monde pas à un autre, qu’il nous plaise ou non, peu importe c’est le seul dans lequel nous puissions oeuvrer et nous n’en voulons pas un autre, nous ne voulons que ce monde là, aimer ce monde là, servir ce monde là.

 

Prenons les deux options, les deux causes de la déchristianisation: 

la première, que nous ne soyons pas dans le monde. nous sommes bien chrétien, nous allons à la messe tous les dimanches (enfin ces derniers temps c’était un peu juste), nous pensons bien, nous avons certainement de bonnes lectures, nous prions, mais nous avons tellement peur que le monde nous contamine, contamine notre foi que nous ne sortons pas, nous vivons repliés sur nous-même, entre nous: nos amis sont catholiques, nos lectures sont catholiques, nos écoles sont catholiques, en fait nous nous sommes confinés tout seul, alors il ne faut pas nous étonner que ça sente le renfermé, nous allons mourrir, ensemble peut être mais mourrir, d’asphyxie. il faut réagir, vite, il faut sortir…

 

Mais nous devons aussi prendre garde à la deuxième raison pour laquelle le monde n’est plus chrétien ou en tout cas qu’il se déchristianise; c’est parce que nous ne serions plus chrétiens: nous nous tenons dans le monde mais nous n’avons aucune influence sur lui, c’est le monde qui nous pénètre, nous influence, c’est lui qui nous inspire, c’est lui qui nous commande, nous ne lui apportons rien, pour paraphraser saint jean nous serions du monde et dans le monde, alors que nous devrions être de Dieu et dans le monde, c’est cet équilibre instable qu’il nous faut tenir, c’est une place d’honneur, une place que nous ne voulons en aucun cas abdiquer. 

Vous la connaissez certainement cette attitude, c’est celle qui fait que dans un diner entre amis par pudeur ou par honte, dans une entreprise par calcul ou par respect humain, dans notre quartier rien ne distingue un catholique d’un non chrétien, d’ailleurs nous taisons bien notre catholicisme de peur qu’on nous le reproche. On en finit même par arguer qu’il y a des personnes qui ne sont pas catholiques du tout et qui sont bien meilleures que nous, qui se comporte bien mieux que nous sans l’Evangile, et c’est un fait, c’est la vérité, c’est la vérité et c’est notre honte!! et en affirmant ceci nous finissons par croire deux choses: 

la première que la vie chrétienne se résumerait à une vie morale, un chrétien se serait quelqu’un de conforme (quel mot horrible, quelle pensée désespérante) alors que, vous l’avez entendu, la vie chrétienne c’est « qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ » et ensuite seulement d’essayer de vivre selon son Evangile, l’Evangile  qu’il nous a transmis, enseigné et ce n’est possible qu’en mendiant la grace qu’il ne cesse de nous faire.

et deuxième chose que l’Evangile ne changerait rien dans une vie, que croire en Dieu ou ne pas y croire, peu importe, que Dieu serait impuissant à changer notre vie, quel manque terrible de foi! c’est ce manque de foi qui empêche Dieu d’agir, qui stérilise le don de Dieu. 

 

alors pour raviver ce don de Dieu, pour que le feu reprenne dans nos vies les lectures de ce jour nous offre quatre pistes

 

1- monter dans la chambre haute et prier ensemble avec Marie « ils montèrent dans la chambre haute où ils se tenaient habituellement ; c’était Pierre, Jean, Jacques et André, Philippe et Thomas, Barthélemy et Matthieu, Jacques fils d’Alphée, Simon le Zélote, et Jude fils de Jacques. Tous, d’un même cœur, étaient assidus à la prière,

avec des femmes, avec Marie la mère de Jésus » Prier ensemble, prier avec vos frères, retrouvons nous chez les uns, chez les autres pour prier, organisez chez vous des cenacles de prières. que faites vous quand vous vous retrouvez avec des amis chrétiens, commencez-vous par prendre l’apéro ou par prier? prions aussi les uns pour les autres, confions nous les uns aux autres, au sortir de cette crise confions nos joies et nos tempêtes et prions, intercédons les uns pour les autres et comme au cénacle attendons l’Esprit Saint.

 

2 – être certain du soutien de Jésus qui prie pour nous « moi je prie pour eux » il ne dit pas je prierai, j’ai prié, mais je prie, en ce moment jésus prie pour nous qui sommes dans le monde, il prie pour que nous continuions son oeuvre, que pouvons nous souhaiter de plus que de savoir que Jésus lui même prie pour nous

 

3 – Accueillir l’Esprit saint: « parce que l’Esprit de gloire, l’Esprit de Dieu, repose sur vous » et nous disposer à accueillir à nouveau cet Esprit Saint, comme il est venu il y a 2000 ans sur les apôtres, il veut encore venir aujourd’hui, comme il est descendu sur nous au jour du baptême et de la confirmation, il veut descendre encore dans nos coeurs, cet esprit qui renouvelle la face de la terre et celle de nos coeurs d’abord, si nous l’invoquons avec foi, si nous nous disposons, si nous nous offrons. Invoquer l’Esprit saint pour lui demander de nous éclairer en ces temps troublés, je crois que cette crise est l’occasion pour nous catholiques de dire une parole, une parole attendue, une parole qui donne du sens à cette épreuve, une parole d’espérance, une parole qui éclaire, et ne croyez pas que cette parole ne soit le privilège que du pape ou des évêques chacun a notre place nous avons une parole à dire au monde, selon notre place, selon notre grace, comme soignant, comme Educateur, comme parents, comme artisan….

 

4 – enfin Se tenir dans le monde, ne pas déserter, ne pas fuir, ne pas se replier, ne pas se barricader, se tenir là où Dieu nous a planté et fleurir, porter du fruit, son fruit. 

 

Abbé d’Artigue